Message de l’inspection du 21 avril

, par Valérie Marchand

Chères et chers collègues,

Nous vous souhaitons une agréable reprise et vous espérons en bonne santé.

La reprise est désormais programmée et nous entrons dans une période de transition vers un enseignement qui sera très probablement hybride, en présentiel et à distance.

Même si les modalités du retour en classe restent encore à définir, il semble déjà possible d’opérer une forme de conversion dans notre façon de travailler avec les élèves sur la période restante afin de les maintenir dans une dynamique de travail. La période du confinement et l’investissement des élèves – et leur éventuelle incapacité matérielle à le produire - seront par ailleurs très probablement prises en compte par le jury de délivrance du baccalauréat.

Les propositions qui suivent ne sont en aucune façon des recommandations officielles mais simplement des pistes qui demandent à être réfléchies et mises à l’épreuve du contexte particulier des classes.

Travailler à partir des besoins des élèves favoriserait leur mobilisation à la condition d’une réelle différenciation pédagogique. Dans cette logique, nous suggérons de distinguer 3 groupes :

Premier groupe : les élèves dont le baccalauréat est assuré et pour qui le troisième trimestre pourrait être l’occasion de consolider leurs acquis et de se préparer à leur poursuite d’étude. A ces élèves, nous pourrions proposer des lectures et/ou des démarches adaptées à leur projet d’études (CPGE littéraires, CPGE économique, Prépa scientifique ; études d’histoire, de sciences humaines, de médecine, de droit, BTS etc...), et entrant en résonance avec certaines notions du programme qu’elles permettraient d’approfondir ou de réinterroger. Vous trouverez ci-dessous quelques éléments bibliographiques et pédagogiques que nous pourrons enrichir au fil du temps.

Second groupe : les élèves dont les apprentissages doivent être consolidés et qui sont susceptibles de passer le second groupe d’épreuves. Les dispositions réglementaires n’étant pas modifiées, il convient de travailler prioritairement l’oeuvre suivie en l’articulant aux notions du programme.
De nombreuses œuvres sont accessibles en ligne sur le site de Créteil ou http://classiques.uqac.ca/classiques/ comme indiqué dans un précédent message.
Il faut accompagner cette lecture suivie car elle s’adresse prioritairement aux élèves qui rencontraient avant même le confinement, des difficultés de lecture, d’écriture, et d’organisation de leur travail personnel.
Quelques suggestions pour cet accompagnement :
Faciliter la lecture par exemple en doublant par un enregistrement audio les extraits qu’on donnera à étudier.
Demander aux élèves de repérer les points qui leur semblent difficiles ; de déterminer les passages qu’ils jugent importants en les invitant à justifier leur réponse ; de formuler eux-même les questions à poser aux textes.
Demander aux élèves de reconstruire les thèmes et les thèses (principales, secondaires…) de l’œuvre, ainsi que les controverses en mettant certains passages en débat avec d’autres textes implicitement visés par l’auteur.
Faire travailler les élèves à l’écrit et à l’oral : par exemple, en faisant préparer des questions en petits groupes à l’écrit ou enregistrées à l’oral ; en réservant quelques séances à des oraux lorsque les élèves auront avancé dans leur étude.

Troisième groupe : les élèves fragiles ou décrocheurs que la possibilité d’être éligible à la session de septembre pourrait amener à réinvestir le champ scolaire. Il semble que l’on ait constaté cet heureux effet de l’enseignement à distance, sans doute à la faveur de l’absence de notes et du temps accordé pour assimiler les connaissances et rendre les travaux. Pour ce dernier groupe, la progression dans le programme demeure une nécessité d’où la suggestion que l’oeuvre suivie soit très clairement articulée aux notions.

Parallèlement à cette mise en œuvre différenciée de l’enseignement, on peut imaginer des rendez-vous philosophiques en ligne au cours desquels élèves (volontaires) et professeurs se retrouvent autour d’un objet commun : partage d’un moment de lecture, variante d’un ciné-club, échanges autour d’un morceau de musique, d’un tableau…donnant l’occasion de discussions philosophiques.
On peut également imaginer des travaux d’écriture collaboratifs et peut-être entamer un travail de réflexion et d’élaboration du vécu de la période actuelle.

Nous restons à l’écoute de vos remarques et retours et vous adressons nos très cordiales salutations,
Marie-Laure Numa et Jeanne Szpirglas

Vous trouverez ci-dessous une première ébauche de bibliographies pour le groupe 1. Nous remercions les collègues qui nous ont aidées à la constituer et remercions par avance celles et ceux qui voudront la compléter en relation avec les cursus des élèves.

Philosophie et droit
Michel Villey est un historien du droit très accessible : Le droit et les droits de l’homme, PUF
Michel Troper également : La philosophie du droit. Collection Que sais-je ?
Jacques Krynen : Le théâtre juridique. pour un aperçu historique un peu général
Texte littéraires pouvant introduire une réflexion sur le droit.
Kafka, La Colonie Pénitentiaire.
Textes philosophiques
Locke, Traité du gouvernement civil. Les premiers chapitres et surtout le chapitre 5 sur le droit de propriété.
Beccaria : Des délits et des Peines
Léo Strauss : Droit naturel et histoire
Plus difficile
Hans Kelsen, Théorie pure du droit, Kelsen (les 4, 5 premiers chapitres)

CPGE Scientifiques
Le thème est La force de vivre
La Supplication (Svetlana Alexievitch), éd. J’ai Lu
Le Gai Savoir, Avant-Propos + Livre 4 (Nietzsche), GF, traduction Wotling.
Les Contemplations, Livres 4 et 5 (Hugo), pas d’édition prescrite

CPGE Économiques
On peut inciter les élèves à se constituer leur culture philosophique et littéraire personnelle à raison d’une à deux heures de lecture quotidiennes.

Trois directions de lectures, qui peuvent se combiner, pourraient être proposées des élèves : une lecture en extension ; une lecture en approfondissement autour d’une œuvre ; une lecture autour d’un thème. Pour s’adresser très largement aux futurs étudiants, on peut privilégier des textes relativement courts et sans difficulté technique.

Pour une lecture en extension :
- Platon, Gorgias,
- Saint Augustin, Confessions (au moins Livre I à X),
- Montaigne, Essais, (Avertissement au lecteur ; I, 31, Des Cannibales ; III, 2, Du repentir). Il existe des versions en français moderne. Je trouve intéressante l’édition de C. Pinganaud chez Arléa avec le texte original en orthographe modernisée,
- R.Descartes, Discours de la méthode (parties I, II et III),
- Pascal, Préface au Traité du vide,
- J.J. Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes,
- E. Kant, Idée d’une histoire universelle d’un point de vue cosmopolitique,
- H.Bergson, La pensée et le mouvant,
- S.Weil, L’enracinement ( les premiers chapitres, je n’ai pas le livre avec moi).

Pour un approfondissement : se concentrer sur un auteur pour familiariser les élèves avec la cohérence d’ensemble d’une pensée.
Par exemple J.J Rousseau pour son la clarté de son style et son articulation lettres-philosophie :
- Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes,
- Les Confessions ( les premiers livres)
- Emile, I, II et IV,
- Du Contrat social (ne pas se limiter aux Livres I et II),
- Les Rêveries du promeneur solitaire.
- La Nouvelle Héloïse (au choix)

Pour la lecture autour d’un thème : l’écriture de soi : méditation et exploration.
- Saint Augustin, Les Confessions
- Montaigne, Les Essais (Avertissement au lecteur ; I, 28 ; III, 2 ; III, 13),
- R.Descartes, Discours de la méthode (Partie I),
- J.J. Rousseau, Les Confessions
- H.Michaux, Connaissance par les gouffres.

quelques suggestions de références fondamentales ( ou de "culture générale") :
- La Bible, Genèse I-XXII,
- Dante, La Divine comédie, L’Enfer (et on peut commencer l’ascension du Purgatoire dans la lancée !)
- Shakespeare, Macbeth et/ou Othello et/ou Hamlet et/ou Le Roi Lear,
- Racine, Andromaque,
- Molière, Le Misanthrope, Don Juan,
- Victor Hugo, la Préface au Cromwell,
- Rilke, Les Elégies de Duino.

BTS
Sur la nature du programme lettres/philo en BTS, le programme sera modifié à la rentrée.
https://www.education.gouv.fr/bo/20/Hebdo11/ESRS2003433N.htm

Etudes d’histoire
Antoine Prost : Douze leçons sur l’histoire, Seuil, Paris, 1996
Paul Veyne : Comment on écrit l’histoire, Seuil, Paris, 1978
une anthologie bien faite :
https://clio-texte.clionautes.org/categorie/Histoire-de-l-Histoire-327
Foucault, Michel, - « Sur les façons d’écrire l’histoire : entretien avec R. Bellout », Dits et écrits, t. I, 1967, pp. 585-600
Revel, Jacques, « Les sciences historiques », in Épistémologie des sciences sociales, ouvrage collectif dirigé par J.-M. Berthelot, PUF, Paris, 2001, pp. 21-76.
Ouvrages fondamentaux mais parfois plus longs et difficiles d’accès :
Aron, Raymond, Introduction à la philosophie de l’histoire, Essai sur les limites de l’objectivité historique, Gallimard, Paris, 1938.
Bloch, Marc, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, 1re édition 1949, Armand Colin, 1993.
Braudel, Écrits sur l’histoire, Flammarion, Paris, 1969.
Chartier, Roger, Au bord de la falaise : l’histoire entre certitudes et inquiétude, Albin Michel, Paris, 1998.
Leduc, Jean, Les Historiens et le temps, Seuil, Paris, 1999
Le Goff, Jacques, Histoire et mémoire, Gallimard, Paris, 1988. -
Marrou, Henri-Irénée, De la connaissance historique, Seuil, Paris, 1954.
Pomian, Krysztof :
- L’Ordre du temps, Gallimard, Paris, 1984.
- Sur l’histoire, Gallimard, Paris, 1999.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)